mercredi 30 avril 2008

Température du 30 avril 2008 à Saguenay

Matin--------------------------------------- Midi







Le compte total de la neige tombée hier soir et la nuit dernière: plus de 12 cm.
C'est le printemps mais la température était trop froide pour que les arbres et les
arbustes feuillissent (c'est un vieux mot qui dit bien ce qu'il dit) et fleurissent.
Alors la nature leur est venue en aide: elle a couvert les branches de feuilles et de fleurs de neige, et le sol d'un tapis blanc. Voici des photos prises ce matin dans ma rue et les espaces environnants (cliquez les photos pour zoomer).

mardi 29 avril 2008

Température du 29 avril 2008 à Saguenay

Matin--------------------------------------- Midi
Il neige à l'heure actuelle à Saguenay. Trois centimètres au sol jusqu'à présent. Demain le compte définitif.

La Littérature est le véritable créateur du monde

Il y a un poème de Paul Verlaine (à droite, jeune, dans un tableau de Gustave Courbet) que je vous cite tout de suite. Je vais continuer cette note en fonction de lui, surtout de sa dernière strophe. Mais je vous le cite parce que je l'ai toujours aimé depuis la première fois que je l'ai lu.

Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?


Ô bruit doux de la pluie

Par terre et sur les toits !

Pour un cœur qui s'ennuie,

Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison

Dans ce cœur qui s'écœure.

Quoi ! nulle trahison ?...
Ce deuil est sans raison.


C'est bien la pire peine

De ne savoir pourquoi

Sans amour et sans haine

Mon cœur a tant de peine !

Vous remarquez que le 2e vers de chaque strophe ne rime avec aucun autre vers.

Cela va à l'encontre des règles traditionnelles de la versification française où, pour que le cœ
ur dont j'ai parlé dans une autre note (ici) batte régulièrement tout doit rimer.
Le
ur ici bat irrégulièrement, et le poème fait sursauter d'étonnement le ur des connaisseurs comme moi, pour notre plus grand plaisir. Car, vous le savez, une rupture dans la routine donne parfois plus de plaisir encore que la routine (il y a plein de sous-entendus dans cette phrase, que j'assume: appliquez-la donc aussi à l'amour physique cette phrase).
Verlaine (avec d'autres à son époque, Rimbaud, Laforgue, etc.) a réussi, par ces désobéissances mineures aux règles, à changer la versification française, à la faire accéder à des battements plus secrets, et à faire découvrir que la versification était plus profonde que la rime et que la longueur identique des vers, qu'elle s'appliquait aussi d'une autre manière dans le roman.
Mais cela est une autre histoire dont je vous parlerai un jour (j'ai le temps si vous l'avez).
J'aime tout le poème mais particulièrement aujourd'hui (pour les fins de cette note) la dernière strophe:
la pire peine/De ne savoir pourquoi/Sans amour et sans haine/Mon cœur a tant de peine.
Cela c'est la peine des gens de mon âge. Ou la peine des gens qui ne sont pas jeunes,
disons à partir de 40 ans. Une peine sans raison.
Ce n'est pas la peine des gardiens de buts de hockey qui ont perdu un match comme Carey Price dont je vois la photo à la une du journal La Presse (à gauche, photo André Pichette, La Presse) aujourd'hui. Sa peine à lui, sa peine à ce jeune homme, elle a une raison: il a perdu, un peu par sa faute, hier soir à Philadelphie.
J'ai beaucoup de peine pour lui moi aussi et c'est la raison pour laquelle je ne regarde pas les matchs de hockey à la télé comme 80% (90%?) des Québécois.
J'ai trop peur que l'équipe de Montréal perde. Cela m'énerve trop de les voir jouer.
Je regarde d'autres émissions quand il y en a qui m'intéresse(nt), à d'autres canaux.
Hier soir j'ai regardé «Des Racines et des Ailes» à TV5, le canal francophone universel: c'est l'une de mes émissions favorites.
L'émission d'hier était consacrée à des lacs, entre autres au Lac Léman (photo en bas)
-entre la Suisse et la France-, au Lac Nasser en Égypte et au Lac Powell en Arizona (aux États-Unis). En voici le film-annonce:

video

Ce qui m'a surtout intéressé dans cette émission (mais pas exclusivement) c'est l'entrevue du professeur Claude Reichler. Celui-ci enseigne la littérature à l'Université de Lausanne à Lausanne (en tant qu'ancien professeur de littérature, je m'intéresse beaucoup aux professeurs de littérature, vous le savez sans doute).
Il a parlé de l'invention (ce n'est ps un terme de lui) du Lac Léman.
Ce lac évidemment existe depuis bien des millénaires mais il a commencé à être vu, à faire l'objet de discours et d'observations, à faire parler de lui, à exister, quand Jean-Jacques Rousseau (à droite, par Quentin de la Tour) y a placé l'action de son roman La Nouvelle Héloïse en 1761.
Ce roman a été le plus gros succès de librairie de cette époque.

Et à partir du moment où il a été ainsi lu, le Lac Léman est apparu comme destination du tour que les jeunes aristocrates britanniques effectuaient en Europe continentale pour parfaire leur éducation (ces «tours» ont donné naissance au mot «touriste», celui qui fait un tour).
C'est donc la littérature, le roman de
Rousseau qui a «inventé» le Lac Léman. Comme la littérature a tout inventé. Ce qui n'apparaît pas dans un livre (ou dans un film ou dans une émission de télé à présent) n'existe pas, même si cela existe dans le réel.
La littérature (ou l'art) est le véritable créateur du monde.



lundi 28 avril 2008

Panne électrique

L'avertissement météo n'était pas vain: ma maison (et le secteur d'Arvida où elle est située) vient de subir une panne du réseau électrique de plus de deux heures et demie (de 13h50 à 16h30).
J'ai donc retrouvé mon vieux rêve d'autonomie par rapport aux grands réseaux de distribution.
Pas seulement d'électricité mais d'eau, de mazout, voire d'Internet, etc.
À quand l'invention d'une pile à hydrogène individuelle qui fournira l'électricité à chaque résidence?
Cela doit être très signifiant au point de vue psychanalytique et, en tous cas, doit signifier un manque, sinon total du moins très grand, de confiance dans les autres humains (image paternelle déficiente?).
En tous cas cet après-midi j'ai beaucoup détesté Hydro-Québec, ses pompes (politiques) et ses œuvres (minimalement fiables).

Température du 28 avril 2008 à Saguenay

Matin--------------------------------------- Midi
La bande rouge signale un événement météo
à venir peut-être violent: pluie, orage, etc.

La forme des dieux

Je ne sais pas ce que Montesquieu (à gauche) avait en tête quand il a écrit dans Les Lettres persanes que

Si les triangles faisaient un dieu, ils lui donneraient trois côtés.

Pensait-il aux triangles par lesquels les Chrétiens représentent la Trinité divine comme dans ces images:


Ou bien, avec le courage de Salman Rushdie (à droite) risquant la mort quand il affirmait que le Coran contenait des « versets sataniques », Montesquieu, au risque d'être brûlé sur le bûcher, affirmait-il, comme Karl Marx le répétera plus tard, que ce n'est pas Dieu qui a
créé les hommes à son image et à sa ressemblance mais les hommes qui ont créé Dieu à leur image et à leur ressemblance?
En tous cas, en donnant un sexe à leur Dieu (de préférence masculin, évidemment) les humains ont fait exactement ce que feraient les triangles de
Montesquieu
Un Dieu avec un sexe, qu'en ferait-il ? Il n'y a pas de Déesse avec qui faire l'amour (ni d'autre Dieu puisque Dieu est unique) ! Et, comme il n'a pas besoin de se reproduire pourquoi diable aurait-il un sexe ?
Pour pouvoir se masturber ?
S'il existait un Dieu il serait nécessairement sans sexe. 
Et probablement qu'il n'aurait ni jambes, ni bras. 
Il ne ressemblerait certainement pas à un humain.

dimanche 27 avril 2008

Propos de femmes sur les hommes (no 3)

Cette question spécieuse rend les hommes plutôt sympathiques, selon moi (les chats sont les plus beaux animaux de la création, loin devant les humains). Ce qui n'est pas sans me plaire.

Quelle est la différence entre un homme et un chat ?

.....................

Aucune, tous deux ont très peur de l'aspirateur.




Ci-dessous un beau chat noir -sans doute parent lointain de notre chatte Zoé. Il est dans une rue d'Aix qui donne sur le Cours Mirabeau (rue Joseph-Cabassol probablement). Nous aurions aimé l'inviter au Bistro Belle Époque (en haut sur la photo, les auvents rouges que vous apercevez) à boire avec nous la Cuvée «Belle Époque» (il aurait été déçu de boire de la cuvée «Grand Siècle» car le dit «Grand Siècle» n'était pas celui des chats, que, peut-être, seul le cardinal de Richelieu aimait -je mets un portrait de lui (par Philippe de Champaigne) sous la photo du chat noir d'Aix car je trouve que cet excellent homme d'état ressemblait effectivement à un chat).
Mais notre chat noir était davantage intéressé par un(e) compatriote chat(te), ce que nous avons parfaitement compris.


Et voici le cardinal:

Température du 27 avril 2008 à Saguenay

Matin--------------------------------------- Midi

samedi 26 avril 2008

Température du 26 avril 2008 à Saguenay

Matin--------------------------------------- Midi

«La Fille du régiment» de Donizetti au cinéma Jonquière

Superbe représentation de La Fille du régiment de Donizetti (photo à droite) dont ma femme va un jour ou l'autre (probablement au cours de la semaine prochaine) parler dans son blogue (cliquez ici pour y aller). C'était en direct du Metropolitan Opera de New York au cinéma Jonquière.
Je voudrais, quant à moi, souligner la mise en scène athlétique et inventive du Français Laurent Pelly (photo ci-dessous).

Décidément les Français, depuis plus d'une dizaine d'années, dépoussièrent les vieux opéras et font le ménage dans les traditions compassées des poussives maisons d'opéra comme le Metropolitan.
Il y avait dans les rôles principaux Natalie Dessay
et Juan Diego Florez.
Je vous ai déjà présenté
Natalie Dessay (n'est-ce pas qu'elle est belle à gauche?) sur ce site dans une autre inventive mise en scène française de La Flûte enchantée de Mozart (cliquez ici pour y aller). Elle était cet après-midi d'une vivacité peu commune et absolument parfaite dans la peau (c'est le cas de le dire) de Marie, la fille du régiment, où elle est déguisée en Fifi brin d'acier.
Quant au beau jeune ténor Juan Diego Florez (les dames de l'assistance avaient envie de l'applaudir avant même qu'il chante: photo à droite) il avait , chose rare, le physique de l'emploi, c'est-à-dire qu'il est jeune et beau et jouait le rôle d'un jeune et bel amoureux (Tonio).
Il a tant été applaudi après ses airs à New York qu'on le comprend d'avoir chanté une seconde fois lors d'une représentation précédente à Londres celui que vous allez le voir interpréter ci-dessous.
Le voici donc dans l'aria Ah! mes amis à la représentation de Vienne où il a été follement applaudi (vous le constaterez) comme cet après-midi à New York et, ajouterai-je, à Jonquière.



Si vous préférez sans applaudissements, voici le même air:



Et voici Natalie Dessay dans Chacun le Sait, Chacun le Dit avec ses pirouettes faites avec tant d'habileté et de conviction qu'on se demande comment elle peut continuer à si bien chanter en les accomplissant:



Notez qu'il y aura une autre projection de cet opéra le 10 mai, toujours au cinéma Jonquière (et un peu partout au Québec et maintenant en France).

Propos de femmes sur les hommes (no 2)

Le ton de ce propos est vraiment plus agressif:

Quel est le point commun entre les nuages et les hommes ?

..................



Quand ils s'en vont, on peut espérer une belle journée.



Et celui-ci vraiment très exact:

Quel est le point commun entre les hommes qui fréquentent les bars (et les sites de rencontres) pour célibataires?
..................

Ils sont tous mariés.



vendredi 25 avril 2008

Yeux bleus et mutation

Un excellent prétexte pour vous présenter un nouvel œil bleu (ci-dessous, à gauche, vous le voyez?).
Le magazine «Science et Vie» d'avril (miniature de la page couverture à droite) émet l'hypothèse que les 300 millions d'humains possédant actuellement des yeux bleus sur la Terre (c'est peu sur 6,6 milliards) descendraient tous du même ancêtre.
Cet humain aurait vécu au bord de la mer Noire entre 6000 et 10 000 ans avant Jésus-Christ. Il aurait subi
une mutation génétique qui ne permettrait plus ni à lui ni à ses descendants d'être protégés des rayons ultraviolets du soleil comme les humains à yeux marron (je ne sais pas si les yeux verts sont inclus dans les yeux marron: écrivez-moi si vous savez quelque chose).
Quels malheureux ces humains aux yeux bleus: tant de dangers courus pour un peu de beauté, d'admiration et d'amour.
Et tout cela à cause d'une mutation non désirée. Quelle fatalité!
Je propose une journée annuelle de deuil et de déploration des mutations génétiques non désirées. Nous pourrons pleurer ensemble ce jour-là et avoir tous les yeux rouges.
Et ramasser de l'argent pour encourager la recherche sur les mutations qui concernent les yeux (prioritairement).
Ce qui nous permettrait peut-être
, si la recherche rend cela possible, de nous joindre à ces malheureux, de partager avec eux leur mutation, les dangers qu'elle leur fait courir et leur souffrance.

Température du 25 avril 2008 à Saguenay

Matin--------------------------------------- Midi

Propos de femmes sur les hommes (no 1)

Début d'une brève série de propos pêchés quelque part sur Internet et qui semblent vouloir être le pendant des histoires de blondes racontées par les hommes:

Pourquoi les hommes ont-ils la conscience tranquille?
..................

Parce qu'ils ne l'ont jamais utilisée.


jeudi 24 avril 2008

Le désir d'un seul fait une religion

Il y a eu cette descente de la police dans l'habitat d'une communauté présumément dissidente de Mormons au Texas la semaine dernière.
On y a découvert quelques hommes d'un certain âge (cinquantaine ou soixantaine, peut-être quarantaine), beaucoup de jeunes femmes à peine nubiles, des tas d'enfants, engendrés par on ne sait lesquels des hommes d'un certain âge qui se croient des «patriarches» (il n'est pas question de jeunes mâles car ceux-ci étaient expulsés de la communauté avant de trop plaire aux jeunes femmes).
On dit communauté
dissidente de Mormons mais on devrait dire orthodoxe car ce sont les membres de la communauté mormonne (l'Église officielle) de l'Utah qui se sont dissociés de la doctrine originelle de Joseph Smith (voyez sa photo à droite: dites-vous que c'est là un prophète états-unien et que, malgré son nom et son apparence, il n'est pas plus ridicule que les prophètes barbus ou joufflus qui l'ont précédé en Asie).
Cette doctrine prônait la polygamie et elle avait été révélée à M. Smith par le bel ange Moroni à la trompette qu'on peut voir à gauche.
M. Smith avait des désirs polygames et il était incapable de les satisfaire comme vous et moi en évitant le plus possible de faire du bruit et en satisfaisant en même temps les éventuels désirs polyandres des femmes.
Il lui fallait une justification divine et il a donc reçu une révélation qui lui permettait non seulement de satisfaire ses désirs personnels mais de prétendre que c'était la volonté divine que tous satisfassent comme lui leurs désirs polygames.
Comme d'ailleurs l'avaient fait les patriarches de la Bible -Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et
tutti quanti, voire même les rois d'Israël, Saül, David, Salomon, etc.
(Quelqu'un expliquera-t-il un jour, aux bénéfices des croyants, pourquoi ce qui était permis aux patriarches ne l'est plus aux simples croyants ou, sinon, que les patriarches n'ont jamais existé? Cela nous éviterait d'autres Joseph Smith peut-être).
Mais je crois que la manière de faire de Joseph Smith -puisque l'action de celui-ci
a pris place si près de nous chronologiquement- peut nous révéler (nous ne pouvons pas, malheureux que nous sommes, compter, nous, sur un bel ange pour nous le révéler) comment sont vraiment nées les religions présumément révélées.

Température du 24 avril 2008 à Saguenay

Matin--------------------------------------- Midi





Les visiteurs de l'étranger sont sans doute étonnés de voir ces basses températures à la fin avril, étant donné que les régions habitées du Québec sont à la même latitude environ que le nord de la France. C'est que nous ne bénéficions pas des courants chauds du Gulf Stream de l'Océan atlantique.
Nous envions ces courants chauds aux Européens et nous leur souhaitons de ne pas les perdre. Nous aimerions bien en bénéficier comme eux.

mercredi 23 avril 2008

Température du 23 avril 2008 à Saguenay

Matin--------------------------------------- Midi

Peine de mort

Une pensée intéressante de Rémy de Gourmont (à gauche) à propos de cette décision récente des juges actuels de la Cour suprême des États-Unis (le siège de cette Cour est un beau bâtiment néo-classique en bas) qui valide l'exécution des condamnés par injection:

Il est à peu près évident que ceux qui soutiennent la peine de mort ont plus d'affinités avec les assassins que ceux qui la combattent.

Car légal ou non, un meurtre est un meurtre et on ne peut, sans illogisme, prendre parti pour un certain type de meurtrier (le meurtrier légal) et contre un autre type (le meurtrier illégal).
Évidemment la famille des victimes ressent un désir de vengeance et nous le ressentons tous même si nous ne sommes pas parents avec les victimes.
Parfois même je me surprends à être content de certains assassinats (prenant ainsi parti en faveur du meurtrier illégal tout en étant toujours contre le meurtrier légal. Ah l'esprit humain!).

Mais peut-être la peine de mort n'est-elle pas ce qui convient pour faire expier les meurtriers.
Julien Green (un états-unien qui écrivait en français et qui est un grand écrivain français du 20e siècle. Photo à droite) disait quelque part (il a tellement écrit) que
la mort n'était peut-être pas une punition.
Peut-être, pour certains, est-elle une délivrance. Peut-être, parfois, est-elle une récompense.

Je pense que les meurtriers devraient expier en perdant -sans mourir- leur vie au service des familles de leurs victimes ou, mieux encore, au service de l'humanité.
En servant de cobayes pour certaines expériences scientifiques par exemple (dans certaines limites, pour ne pas tomber dans la barbarie nazie ou soviétique ou maoïste).
Et que cette contribution soit publique afin de servir de substitut de vengeance, de substitut a cette loi du talion -qui est si naturelle qu'il faut l'éliminer comme à peu près tout ce qui appartient à la loi dite «naturelle».
La source fondamentale de l'inégalité et de l'injustice.

mardi 22 avril 2008

Soutenance, champagne et festivité

À ma soutenance de thèse à Aix-en-Provence (cette soutenance s'est bien passée, ma femme m'en assure -pour ma part je ne m'en souviens guère car je n'étais pas tout à moi comme vous l'imaginez), nous étions seuls, ma femme et moi, pour fêter.
Nous avions résolu, les jours précédents, d'aller boire une bouteille de champagne Cuvée Belle Époque de la maison Perrier-Jouët (voyez la belle bouteille «Art Nouveau» à gauche) au bistro Belle Époque (deux photos ci-dessous) sur le Cours Mirabeau après ma soutenance.

Pourquoi ce petit déluge de «Belle Époque»? Parce que ma thèse portait sur «À la recherche du temps perdu» de Marcel Proust et que ce texte, même s'il révèle l'envers de la Belle Époque, a été écrit à cette époque (qui s'étend à peu près de 1890 à 1914).
Mais voilà, il ne restait plus de Cuvée Belle Époque.

Que faire?
Nous avons suivi la suggestion que nous faisait le garçon et nous nous sommes «contentés» d'une Cuvée Grand Siècle (voir la photo à droite)
de la maison Laurent-Perrier, nous promettant de nous acheter des Cuvée Belle Époque lors de notre retour à Arvida pour la partager avec nos parents et nos amis (ce que nous avons fait et nous avons conservé depuis presque 30 ans une bouteille vide tant nous la trouvons belle).

Nous étions un peu éméchés après avoir bu la bouteille de champagne (même si nous l'avons un peu partagée avec nos voisins des tables voisines) et, après nous être un peu reposés à l'hôtel (le Grand Hôtel du Roi-René, je vous reparlerai de cet hôtel célèbre un jour), et avoir tenté d'aller manger chez Charvet, un restaurant deux-étoiles à l'époque et qui est aujourd'hui disparu, nous sommes allés manger une énorme bouillabaisse au restaurant Mazarin -disparu lui aussi et qui a rouvert, à ce qu'il semble, sous le nom de «Bistro Romain» (photo ci-dessous: remarquez le style un peu «Art Nouveau» là aussi).

(Cliquez les photos pour zoomer, vous verrez vraiment mieux)

Température du 22 avril 2008 à Saguenay

Matin--------------------------------------- Midi

lundi 21 avril 2008

Température du 21 avril 2008 à Saguenay

Matin--------------------------------------- Midi





En ce jour, en 753 avant Jésus-Christ, Rome (photo du forum romain en bas) était, selon la légende, fondée par Romulus, le descendant d'Énée qui, selon l'Énéide de Virgile (à gauche, dans un tableau d'Ingres en train de lire l'Énéide à Auguste), avait fui Troie en flammes et saccagée par les Grecs d'Homère (à droite dans un tableau de Bouguereau, où le poète, aveugle, est guidé par un enfant).
Nous sommes donc en l'an 2761 de la Fondation de Rome et je vous rappelle que, jusqu'au 10e siècle après Jésus-Christ, les années et les siècles se sont comptés en Occident à partir de la Fondation de Rome (
ab urbe condita) plutôt qu'à partir de la naissance de Jésus-Christ (anno domini) comme on le fait maintenant (et le clerc qui a fait le calcul s'est trompé de telle sorte que l'Occident (et le monde avec lui) compte les années et les siècles à partir de rien).